Énergie climat

Comme partout dans le monde, le climat se modifie et menace les territoires. L’Ouest Lyonnais a donc décidé de réagir en s’engageant dans une démarche de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation au changement climatique.

Quelques éléments de diagnostic…



La politique énergétique et climatique de l’Ouest Lyonnais se fonde sur un diagnostic des émissions de gaz à effet de serre. Les postes les plus émetteurs de gaz à effet de serre sont repérés, afin d’agir dessus directement.

L’Ouest Lyonnais a émis en 2010, au total : 1 159 620 tonnes équivalent CO2 (Teq CO2).

Les postes les plus émetteurs

  • Les transports (voiture individuelle surtout)
  • L’alimentation (les repas pris par les habitants de l’Ouest Lyonnais)
  • Le résidentiel (le chauffage des logements à l’énergie fossile en particulier)
  • Puis le transport de marchandises, la construction des bâtiments

La consommation d’énergie

Cette mesure permet de situer le degré de dépendance du territoire aux énergies fossiles.

Quels secteurs consomment le plus d’énergie? Sur l’Ouest Lyonnais, deux se distinguent :

  • Le résidentiel (40%) : avec des bâtiments énergivores ou mal isolés
  • Les transports (34%) : surtout avec l’utilisation de la voiture individuelle
Quelques éléments de diagnostic…

Les sources d’énergie du territoire

Cette mesure montre que l’Ouest Lyonnais reste dépendant des énergies fossiles, surtout pétrolières.

Toutefois, le diagnostic montre que le potentiel en énergies renouvelables de l’Ouest Lyonnais est prometteur : bois, biogaz issu de la méthanisation des déchets agricoles ou ménagers, solaire thermique (qui produit de la chaleur) et photovoltaïque (qui produit de l’électricité)…

Les enjeux climat-énergie pour le territoire de l’Ouest Lyonnais

  • Préparer les collectivités à une meilleure maîtrise de l’énergie et à économiser leur consommation
  • Réduire une dépendance au pétrole, ressource qui s’épuise et devient chère
  • Anticiper sur les futures productions d’énergies renouvelables, participer au « mix énergétique » et à la transition énergétique
  • Se préparer à la hausse des températures dans l’agriculture (irrigation)
  • Prévenir la précarité énergétique des habitants
  • Assurer la préservation des espaces naturels et des paysages en limitant la pollution et le mitage du territoire