Les tendances de consommation aujourd'hui sur la région lyonnaise


Notre façon de consommer et les modes de distribution transforment notre environnement quotidien. C'est ce que dévoile les résultats de la 10ème enquête consommateurs de la région lyonnaise en octobre 2017.


Un potentiel de consommation sous contrainte

Les tendances de consommation aujourd'hui sur la région lyonnaise
Les consommateurs dépensent moins... mais autrement. Le budget annuel moyen consacré par les ménages de la région lyonnaise pour les achats de produits alimentaires et non alimentaires qui s’élève à 12 704 € ne progresse pas entre 2012* et 2017, avec cependant des évolutions contrastées selon les marchés : l’alimentaire est le seul marché à progresser, le non alimentaire est en retrait de 5%.

Le potentiel de consommation global sur le territoire s’élève à 13 657 M€, il est en augmentation de 7% entre 2012 et 2017 grâce à la seule croissance démographique.

Sur l’Ouest Lyonnais :
Le potentiel de consommation a progressé de 61 M€ passant de 675 M€ en 2012 à 736 M€ en 2017.
En alimentaire, la consommation interne au territoire est stable entre les deux enquêtes, les habitants consommant en proches périphérie : Val d’Yzeron, et Ouest Rhône.


* Date de la précédente enquête.

Les circuits de distribution évoluent

Les grandes surfaces restent le 1er circuit de distribution fréquenté pour les achats alimentaires (72 % d’emprise*) suivie par les petits commerces (17% d'emprise) et les commerces non sédentaires (7% d'emprise). Par ailleurs internet progresse sur tous les produits et tous les territoires pour les achats non alimentaires et devient le premier pôle de la région lyonnaise avec un chiffre d'affaire de 707 M€ !

Sur l'Ouest Lyonnais:
Globalement en alimentaire, on constate une stabilité des petits commerces (18 % d’emprise) dans la moyenne constatée sur le périmètre de l’enquête. Pour les grandes surfaces, il y a une augmentation importante du drive au détriment des hypermarchés. Les habitants de l'Ouest Lyonnais plébiscitent les circuits courts (5 % d'emprise).
En non alimentaire, on constate une baisse des grandes surfaces et une augmentation des achats par internet (+ 4 points) soit 10% d’emprise, propension un peu plus forte qu’en moyenne sur la région lyonnaise.

* une emprise de 72 % signifie que sur un budget de 100€, 72€ sont consacrés à cette dépense.

De nouvelles mobilités et temporalité des consommateurs

En secteurs urbains, le consommateur marche d'avantage pour faire ses courses et utilise moins la voiture. Cependant dans les territoires plus ruraux, la voiture continue à très légèrement progresser.

Les consommateurs consacrent moins de temps à faire leurs courses alimentaires, et rationalisent leurs déplacements avec une progression des achats réalisés sur le trajet domicile travail (37% des actifs réalisent des achats sur leur trajet domicile travail au moins une fois par semaine) ou à proximité du lieu de travail.

Les options de livraison et de retrait se multiplient : 48 % des habitants utilisent un service de livraison au moins une fois par mois.

Les équilibres territoriaux sont renforcés : nous observons un recentrage des achats sur les bassins de vie, lié à la fois à l’évolution des comportements (recherche de proximité) et au développement de l’offre commerciale sur certains territoires.

POUR ALLER PLUS LOIN
Découvrez la synthèse complète de la 10ème enquête consommateurs de la région lyonnaise téléchargeable ci-dessous et dans la rubrique "Téléchargements" onglet "Economie".